va2022-20220613-va22-onboard1306pedote-2149-basse-dfinition-vi
Publié le 15/06/2022

Keep calm

Ce mercredi matin, après déjà bientôt trois jours de mer dans le cadre de la 2e édition de la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne, Giancarlo Pedote et ses 23 concurrents toujours en course, évoluent à la latitude de Galway, à 250 milles au large des côtes irlandaises. Tous s’étalent sur plus de 160 milles en latéral, avec le groupe des « foilers » à l’ouest et le groupe des bateaux à dérives droites à l’est. Si, pour l’heure, l’avantage au pointage est mécaniquement donné à ces derniers, plus proches de la route directe, la hiérarchie devrait évoluer largement dans les prochaines 24 heures. En attendant, tout le jeu consiste à réussir à s’extirper au mieux d’une nouvelle zone de transition, synonyme de vents faibles pour les marins. « Ces dernières 48 heures, on a bien marché sous le front. A présent, on est dans la mistoufle, la faute à une nouvelle dorsale que l’on doit traverser. On s’est fait avoir à quelques milles près. Dans mes routages, j’arrivais à passer pile-poil mais la zone de molle est importante. De ce fait, à l’ouest comme à l’est, on est tous concernés », a commenté le skipper de Prysmian Group aux alentours de 8 heures, alors pointé à la 11e place et positionné à l’est de son paquet, sur une trajectoire intermédiaire entres les bateaux les plus extrêmes. « Je suis là où je voulais être. Il n’existe pas de route pour éviter cette fameuse crête barométrique. Il faut donc être patient et chercher la meilleure trajectoire possible pour en sortir. Je suis plutôt dans une bonne phase. Je dois juste rester calme avant la suite », a terminé Giancarlo qui devrait rapidement retrouver du vent de secteur sud sud-ouest soufflant entre 20 et 25 nœuds pour continuer de gagner vers l’Islande.