GIANCARLO PEDOTE 2020
Publié le 20/11/2020

Imagerie mentale & ventilo

Après avoir franchi l’équateur et ainsi fait son entrée dans l’hémisphère sud hier soir aux environs de 19h30, Giancarlo Pedote, qui se rapproche actuellement de la latitude de l’archipel de Fernando de Noronha, poursuit sa route à plus de 15 nœuds de moyenne, propulsé par des alizés de sud-est d’une douzaine de nœuds. Pour lui, comme pour ses adversaires directs, l’enjeu est de soigner au mieux la stratégie à mettre en place pour négocier l’anticyclone de Sainte-Hélène afin de rejoindre au plus vite le cap de Bonne Espérance. Pour l’heure, le skipper de Prysmian Group a fait le choix d’une route ouest et profite de belles conditions au large du Brésil. « L’ambiance à bord est plutôt sympa. Les conditions sont agréables et la mer est plutôt belle. Ça ne secoue donc pas trop et j’avance pleine balle au reaching mais comme bateau gîte presque tout le temps à plus de 5 degrés, il faut faire un peu d’escalade si on veut aller chercher quelque-chose sous le vent ! », a plaisanté Giancarlo, ce vendredi matin, lors d’un échange avec son équipe. Seul petit bémol pour le skipper : la chaleur. En journée, la température oscille entre 28 et 30 degrés à l’intérieur de son bolide. « Pour lutter contre ça, j’ai une technique : j’imagine que je suis en Bretagne et qu’il fait froid et humide, ou que le chauffage est en panne à la maison. Cela me demande de la concentration mais j’arrive un peu à compenser de cette manière. J’ai aussi un petit ventilateur qui me permet de créer un peu de vent apparent sur mon nez, ce qui me rappelle mes séances de running lorsque je suis à terre », a détaillé le skipper de Prysmian Group, manifestement en pleine forme et clairement lancé à la chasse de ses concurrents les plus proches.