vg2020-20201128-pedote-photo2426b-basse-dfinition-vi
Publié le 21/01/2021

Bien négocier l’anticyclone des Açores

Ce jeudi, alors qu’il évolue à plus ou moins 1 000 milles au large des côtes Mauritaniennes, Giancarlo compose avec un vent d’est nord-est soufflant entre 15 et 18 nœuds, et une mer de face qui ne facilite pas la progression de son bateau. « Les vagues viennent un peu de face et c’est parfois un peu gênant car si elles ne font que 2 ou 2,5m, la période est relativement courte ce qui nous embête un peu au reaching car ça tape pas mal. Si on ne tient pas compte des températures, c’est, en ce moment, une petite piqure de rappel du Grand Sud », a expliqué le skipper de Prysmian Group qui va petit à petit incurver sa route pour contourner le fameux anticyclone des Açores tandis que le vent va continuer à adonner dans les heures qui viennent. L’enjeu ? Négocier au mieux ce contournement de la dorsale anticyclonique pour toucher au plus vite le vent de sud-ouest en avant de la dépression qui arrive de Terre Neuve et ainsi se rapprocher des Sables d’Olonne. « La remontée de l’Atlantique Nord ne s’annonce pas simple, avec pas mal de transitions à gérer mais aussi plusieurs dépressions avec des fronts associés qui vont nous pousser jusque dans le golfe de Gascogne. On sait que traverser ce dernier n’est jamais simple, et c’est encore plus vrai au mois de janvier. Il faudra aller vite mais faire gaffe », assure le Florentin qui encourage par ailleurs chacun d’entre nous à soutenir le troisième projet porté par Prysmian Group et Electriciens sans frontières, en l’occurrence celui d’apporter la lumière dans les écoles de N’grouli et de Bawelessi au Togo. « Pour ce projet qui consiste à mettre en place une installation photovoltaïque dans chacun de ces deux villages, 975 mètres de câble sont nécessaires. Nous sommes nombreux à y croire alors cliquez et likez les actus de nos réseaux sociaux. Je compte vraiment sur vous pour nous aider ! »