art02-mag11-Ryan-Hreljac
Parcours remarquables Publié le 17 décembre 2019

Ryan Hreljac : les rêves n’ont pas de limite d’âge

Tous les petits garçons et toutes les petites filles rêvent de réaliser de grandes choses. Le militant canadien Ryan Hreljac a eu la chance de voir son rêve se réaliser très jeune. À l’âge de six ans, son instituteur lui a expliqué les difficultés auxquelles étaient confrontées les populations de certaines régions du monde comme l’Afrique. Surtout en raison du manque d’infrastructures sanitaires et des problèmes d’accès à l’eau. Ryan était disposé à agir et à approvisionner en eau les personnes qui en avaient besoin. Son souhait allait bientôt prendre de lampleur, jusqu’à devenir réalité. 

Ce que Ryan a pu apprendre de son expérience, cest qu’il existait un énorme contraste entre sa vie et celle des enfants dautres communautés. Pour certains dentre eux, aller à l’école était un privilège. La plupart avaient dû abandonner l’école pour aller chercher de l’eau. Avoir accès à un puits leur éviterait davoir à parcourir de longues distances à pied et de transporter de lourdes charges d’eau. Cela donnerait aux enfants la liberté d’aller à lécole et à leurs parents daller travailler. Cela signifiait en finir avec les maladies provoquées par l’eau, et la possibilité de construire leur propre vie. 

Il s’est donc mis à colleter de l’argent pour construire un puits en Ouganda, en Afrique. Six mois plus tard, il avait économisé 2 000USD de l’argent qu’il avait obtenu en réalisant des tâches ménagères et une collecte de fonds. Le premier puits a été creusé dans le nord de l’Ouganda, à côté de l’école publique d’Angolo. En 2000, Ryan s’est rendu sur place pour rencontrer les membres de la communauté. 

Au cours de cette visite, il a rencontré Jimmy Akana, avec qui il a tissé des liens profonds et qui est devenu son correspondant. Les parents de Jimmy avaient disparu pendant la guerre civile qui a frappé le pays. Son père avait été tué et sa mère avait disparu. Il vivait avec sa tante et se levait à minuit pour pouvoir aller chercher de l’eau avant d’aller à l’école. Jimmy avait ensuite été enlevé par un groupe de rebelles, l’Armée de résistance du Seigneur, avant de s’enfuir et de se réfugier chez un travailleur humanitaire. 

La famille Hreljac avait été profondément émue par la vie de Jimmy. Elle a commencé par financer ses études pendant plusieurs années, avant d’adopter Jimmy et de le faire venir au Canada. 

À l’âge de six ans, Ryan avait d’abord pensé que la construction d’un puits pouvait mettre fin à la crise de l’eau. Au fil des ans, il s’est rendu compte que de nombreuses communautés étaient confrontées au même problème. 

Au cours de ses nombreux séjours en Afrique, il a connu les histoires de personnes contraintes par les groupes rebelles de quitter leur village et forcées de partir vers des camps de personnes déplacées. À leur retour, elles trouvaient leur seule source d’eau contaminée. Elles n’avaient pas d’autre choix que de boire de leau provenant de sources non fiables. Les cas de diarrhée, typhoïde et paludisme étaient fréquents chez les enfants. Mais tout devenait différent une fois qu’un puits avait été creusé. Les enfants étaient à nouveau en bonne santé. Les hommes et les femmes pouvaient aller travailler sans se sentir malades. Les gens prenaient bien soin de leur puits, car c’était la planche de salut de leur communauté. 

Ryan a continué à collecter des fonds pour construire encore plus de puits. Laventure qui avait initialement commencé avec un puits s’était transformée en centaines de projets. Quand il a appris que de nombreuses jeunes filles n’allaient pas en classe en raison de l’absence d’installations sanitaires dans les écoles, il s’est mis à collecter des fonds pour la construction de latrines et de points pour se laver les mains. 

En 2001, avec l’aide de ses parents, il a créé la Ryan’s Well Foundation pour faciliter l’accès à leau aux habitants des pays en développement. Actuellement, sa fondation totalise plus de 1 448 projets d’approvisionnement en eau, et elle a installé 1 255 latrines, en aidant plus de 1 033 850 personnes. Ryan a reçu de nombreux prix pour son travail, et il est devenu la plus jeune personne à avoir reçu la distinction de l’Ordre de l’Ontario. 

Le rêve d’un petit garçon a marqué de nombreuses vies. « Ce monde est un puzzle. Chacun d’entre nous possède une pièce et doit trouver sa place », a déclaré Ryan dans une interview à l’âge de dix ans. Depuis des années, il incite les jeunes et les adultes à s’engager dans la crise de l’eau. Il a participé à des conférences dans plus de 40 pays pour diffuser son message sur limportance de l’eau potable. Pour encourager les personnes du monde entier à s’impliquer, même au travers d’une petite action locale. Il vous suffit de faire ce tout premier pas. Et vous, à quoi rêvez-vous ?