art03-mag11-Solar-Lamps-for-Future
Itinéraires nouveaux Publié le 17 décembre 2019

Des lampes solaires pour le futur

Dans certains endroits du monde, l’accès à l’électricité reste un luxe. Là où les taux de scolarisation sont faibles, de nouvelles initiatives surgissent pour inciter les élèves à aller à l’école.

Sans énergie, il n’y a pas de développement. L’accès à l’électricité permet à un enfant de faire ses devoirs, à une entrepreneure de mettre en route sa machine à coudre ou à un enfant de boire un verre d’eau potable. Garantir l’accès pour tous à des énergies abordables, fiables, durables et modernes est l’un des objectifs de développement durable fixés par les Nations unies dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, visant à transformer le monde au cours des 15 prochaines années. Et une nécessité face à laquelle des volontaires d’organisations non gouvernementales comme Électriciens sans frontières se dévouent corps et âme. 

Dans certaines régions isolées de pays en développement, l’éducation demeure non accessible à une grande majorité de la population. Plusieurs raisons contraignent les enfants à abandonner l’école. L’une d’entre elles est la nécessité de travailler dès leur plus jeune âge pour subvenir aux dépenses de leurs familles. Une autre raison est l’insécurité, car certains enfants doivent parcourir de longues distances à pied pour aller à l’école, souvent dans l’obscurité totale. De nombreux projets ont été menés pour approvisionner en électricité et de manière durable différentes écoles du monde entier, et ainsi améliorer la qualité de vie des communautés. Et l’impact a été énorme. 

L’accès à l’électricité dans une école est synonyme de savoir, de socialisation, de dialogue. Cela permet aux jeunes de suivre des cours du soir et aux adultes d’assister à des ateliers ou à des cours de théâtre. Cela permet aux élèves d’avoir accès à l’eau potable dans les locaux de l’école et de créer des emplois. Cela permet également d’étendre la journée scolaire, car les cours peuvent commencer plus tôt et se terminer plus tard. Cela favorise l’inclusion et l’installation d’ordinateurs pour permettre aux élèves de se connecter avec le reste du monde. 

Dans une école de Kierma, au Burkina Faso, Électriciens sans frontières a installé un réseau électrique pour alimenter le bâtiment. Ce projet s’est traduit par une incroyable amélioration de la qualité de vie des élèves et de leurs professeurs. Cependant, il restait une réalité contre laquelle livrer bataille. 

L’une des raisons qui contribuaient à l’augmentation des taux d’abandon scolaire et de l’analphabétisme était que les enfants devaient parcourir de très grandes distances pour aller à l’école. Sur des chemins parfois dangereux, qu’ils devaient emprunter dans l’obscurité totale. 

Les lampes solaires étaient un moyen d’attirer les enfants en classe et de garantir leur sécurité sur le chemin de l’école et celui du retour à la maison. Une initiative qui a une incidence directe sur d’autres aspects, comme la prévention de maladies et le bien-être des membres de la communauté. À partir de l’éducation, il est possible d’aborder d’autres problèmes auxquels sont confrontés les habitants, tels que les maladies sexuellement transmissibles, les taux élevés de mortalité infantile, qui d’après l’Unesco, sont en partie liés à la faible scolarisation des femmes. 

L’objectif était clair, apporter une réponse aux nécessités individuelles des élèves, en dépassant les limites de l’école. C’est ainsi que vit le jour le projet de fournir de l’éclairage aux maisons, sans effet adverse, en remplaçant les bougies ou les lampes à huile qui représentent un risque pour la santé et l’environnement. 

En outre, les lampes solaires permettent aux élèves de continuer à étudier et faire leurs devoirs à la tombée de la nuit, qui dans cette région, se produit vers 18 heures. Électriciens sans frontières et son collaborateur, Lagazel, ont réussi à installer un total de huit stations d’éclairage dans l’école de Kierma. Il s’agit de stations de recharge de lampes solaires portables, qui aujourd’hui permettent à 310 familles d’avoir accès à un éclairage provenant d’une source durable, propre et sûre. 

Mais l’accès à la lumière s’accompagne de responsabilités. À la fin des cours, chaque élève se voit attribuer une lampe. Ils la ramènent le lendemain, afin de pouvoir la recharger dans la journée grâce aux panneaux solaires installés dans l’école. Ce système a démontré qu’il fonctionne pour inciter à la scolarisation des enfants et favoriser l’assiduité des élèves. 

Une initiative qui commence dans une école, mais qui améliore la qualité de vie de toute une communauté.